dimanche 30 décembre 2007

L'oratorio d'Aurélia



Tout commence par une vieille commode seule au milieu de la scène, de la fumée s'échappe d'un tiroir, puis c'est une main qui en sort, ensuite un pied par un autre tiroir qui fait avec le premier un angle improbable...bienvenue dans l'univers étrange de la belle et surprenante Aurélia ! Un spectacle bourré d'imagination où le rêve et la poésie ont la part belle. Poétique mais pas seulement, puisqu'on passe du rire au frisson (la musique parfois inquiétante y est sans doute pour beaucoup), les pardessus y sont parfois violents ainsi que les marionnettes. Sombre donc, mais incontestablement féminin puisque les monstres y sont de dentelle et que les rideaux s'y enlacent dans une danse folle. Décalé aussi, j'ai particulièrement aimé le moment où tout est inversé, les fleurs trempent dans l'eau pendant qu'on arrange artistiquement leurs tiges, on papote avec une ombre verticale pendant que l'individu marche allongé sur le sol, le linge est suspendu au séchoir mais arrosé tout de suite après...
J'en aurais beaucoup à raconter mais je préfère vous laisser découvrir vous-même ce petit bijou, à mi-chemin entre le théâtre, le cirque et la danse. Je suis entrée dans l'univers d'Aurélia et j'ai eu du mal à en sortir...

6 commentaires:

Peter a dit…

Une oratorio bien différents mais apparemment très captivante !
Je te souhaite une très bonne 2008!!

Mélisse a dit…

Oui mais j'aime bien être bousculée dans mes habitudes ;-)
Bonne année à toi Peter !

yoghill a dit…

Ca me fait penser à un spectacle vu à Nancy où une nana dansait nue dans une baignoire, au milieu de choux (O_o), sur une musique réalisée par des potes... Etrange :)
Bonne année à toi Mélisse!

Mélisse a dit…

Yoghill > Une drôle de potée lorraine ton histoire, ça fait un peu art conceptuel quand même :-))

ar valafenn a dit…

Elle est plus que souple : elle est meuble.

Mélisse a dit…

Je vois que tu pratiques l'humour...à tiroirs !
Disons surtout qu'elles étaient deux ;-)